Connexion
Twitter Facebook

Qu’est-ce qu’un audit financier ? Quelle alternative ?

Quels sont les enjeux d’un audit financier pour la croissance de votre entreprise ? La certification des comptes par un auditeur financier témoigne par exemple du bon état de santé de votre entité. Si l’audit financier légal est une obligation pour certaines entreprises, comment gagner la confiance des investisseurs quand on est une startup Quelle alternative utiliser ? Appréhendons ensemble la question en commençant par mieux connaître l’audit financier.

Définition de l’audit comptable et financier

Qu’est-ce qu’un audit financier ?

On utilise souvent le terme audit financier pour désigner l’audit comptable et financier. Toute entité qui tient une comptabilité peut être obligée d’engager cette démarche en cas de contrôle, ou choisir elle-même de réaliser un audit comptable et financier, afin de jauger ses risques financiers par exemple. Il s’agit d’examiner chaque opération comptable et d’évaluer l’état financier de l’entreprise.

Qui dit audit, induit examen, mesure, appréciation : le recours à un expert professionnel, un auditeur, souvent externe à l’entreprise pour des raisons d’impartialité, est nécessaire afin d’émettre un jugement. Ce jugement professionnel est un avis d’expert qui s’appuie sur des vérifications, ainsi que des référentiels. Les comptes de l’entreprise sont-ils conformes à ceux déclarés ? Quel est l’état de santé des finances de l’entreprise ? Comment juger de la sincérité et de l’exactitude des comptes afin de les certifier ? Quel est le but de cet audit financier : rassurer les actionnaires ou convaincre des investisseurs ? Les deux ?

Pourquoi demander un audit financier ? Quels sont les objectifs ?

Si l’audit est synonyme de contrôle et/ou de surveillance des comptes à travers toutes les étapes de vérification et d’inspection, il permet à l’entreprise de disposer d’un regard critique. L'audit peut ainsi répondre à plusieurs enjeux.

On distingue plusieurs apports. L’audit comptable et financier vous permet de :

  • détecter des irrégularités,
  • faire le point sur les éléments observés et constater l’adéquation avec le référentiel,
  • discerner les risques financiers, les anomalies et leurs natures respectives,
  • bénéficier du retour de chacun des acteurs en entreprise,
  • comprendre l’ensemble votre fonctionnement et prendre du recul,
  • améliorer votre système actuel,
  • disposer d’arguments pour convaincre de nouveaux investisseurs,
  • rendre compte de l’activité et parfois rassurer les actionnaires, etc.

Les composantes de l’audit légal

Définition et objectifs de l'audit légal

Dans le cas d'un audit externe financier, la procédure d’audit légal est la plus répandue. Et pour cause : c’est une obligation légale pour les SA, certaines SAS et autres entités (associations, Sarl, …). Dans ce cas, un commissaire aux comptes est alors nommé pour 6 ans.

La finalité d’un audit légal des comptes est d’émettre une opinion qui confirme que les comptes de l’entreprise reflètent bien sa situation économique. L’expert assermenté, le commissaire aux comptes se réfère notamment sur les résultats de l'exercice écoulé.

Les 4 points essentiels à retenir :

  • le commissaire aux comptes est chargé de valider l'information financière transmise aux actionnaires,
  • la certification des comptes annuels lui incombe,
  • il édite son rapport (qui sera publié au greffe) à destination des actionnaires,
  • son travail de vérification et d’observation prévient des risques éventuels.

Un cadre juridique garant de la transparence

L’article L822-10 du Code de commerce impose au commissaire aux comptes de respecter une totale indépendance, et évidemment de ne pas se retrouver en situation de conflits d'intérêts.

Sont ainsi proscrits :

  • toute activité nuisible à son indépendance,
  • tout emploi salarié (sauf enseignement et cas particuliers),
  • toute activité commerciale directe ou indirecte.

Le large domaine de l'audit comptable et financier (externe, financier et légal), présente également de nombreuses normes à respecter comme :

  • les normes internationales comme les normes ISA (International Standards of Auditing)
  • les normes françaises, concernant l’exercice professionnel de l’activité de commissaire aux comptes, établies par la CNCC (Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes)
  • les normes françaises, concernant l’exercice professionnel de l’activité d’expert-comptable, établies par l’Ordre des Experts Comptables.

Comment s’articule la certification des comptes ?

La présentation des comptes annuels, une expertise comptable

L’expert-comptable, professionnel assermenté, effectue une mission normée de présentation. Le compte-rendu de l’expert-comptable reflète la cohérence des comptes annuels au niveau comptabilité. L’entreprise lui donne accès à ses données financières et comptables afin qu’il les examine et qu’il les qualifie.

Dans le cadre d’une mission contractuelle, et à travers son rôle de conseil :

  • il élabore les comptes annuels de l’entreprise en respectant les lois et les règles en vigueur,
  • il apporte des solutions techniques en fonction du contexte économique et légal,
  • il donne des recommandations pour adopter certaines procédures, certains outils,
  • l’expert-comptable peut également prendre en charge vos déclarations fiscales, sociales et documents juridiques.

Le travail de l’expertise comptable apporte à l’entreprise une création de valeurs.

La certification des comptes par le commissaire aux comptes

La mission de commissariat aux comptes est une mission normée de certification des comptes concernant la régularité, la sincérité, et la correspondance à l’identique des comptes. Le rapport du commissaire aux comptes confère un niveau d’assurance élevée sur les comptes. Il s’appuie sur les missions effectuées par l’expert-comptable pour contrôler la fiabilité des comptes.

Professionnel assermenté, il intervient à plusieurs niveaux dans le cadre d’une mission légale :

  • il veille au respect des obligations légales et réglementaires,
  • il fixe un cadre d’analyse des risques, les identifie et contrôle leur présence,
  • il applique une démarche de sécurisation et rapporte ses avis et recommandations, tant sur les procédures que sur les améliorations à effectuer,
  • le commissaire aux comptes peut aussi vérifier d’autres points légaux comme les conventions réglementées, fournir un rapport de gestion (…).

Le travail du commissaire aux comptes génère une création de confiance en l’entreprise.

Quel auditeur financier choisir ? Audit interne ou audit externe ?

L’auditeur interne

L'auditeur interne est par définition engagé dans une entreprise, généralement dans des grands groupes, où les moyens permettent de mettre en place un service d’audit. La mission qui lui est confiée consiste à veiller à l’application stricte des procédures définies par la direction, dans le respect du cadre juridique légal. Il communique ainsi avec les employés, puis observe les bénéfices et parfois les limites des procédures, puis rend compte à la direction de ses observations, notamment en matière de contrôles organisationnels.

Il doit ainsi avoir une bonne connaissance de l’entreprise pour pouvoir prendre le recul nécessaire, car il peut également émettre ses propres recommandations telles que proposer une nouvelle méthode ou organisation de travail afin d’améliorer la productivité, ou encore pointer des dysfonctionnements et recommander des alternatives.

L’auditeur externe

Contrairement à l’auditeur interne, l’auditeur externe ne travaille pas au sein de l’entreprise. Il est mandaté par l’entreprise pour effectuer un audit financier de celle-ci : la finalité est d’évaluer les finances et de détecter les anomalies ou faiblesses.

Le fait que l’auditeur externe ne fasse pas partie de l’entreprise lui confère plusieurs avantages :

  • il est perçu comme un intervenant extérieur par les salariés, et non comme un « espion » de la hiérarchie,
  • l’entreprise dispose d’un véritable recul extérieur, impartial, sans conflits d’intérêts potentiels.

Expert de l’audit financier, l’auditeur externe a développé de grandes capacités d’observation et de communication : la diplomatie est de mise quand on intervient dans un environnement pour poser des questions, observer, évaluer.

Quelle alternative à l’audit financier pour les startups ?

Un cabinet d’audit ou une agence de notation financière ?

Comment sortir du schéma coûteux des cabinets d’audit ou des agences de notations telles que Moody’s, Fitch, Standard and Poor’s, quand on est une jeune pousse du numérique ? Comment émerger quand ces agences fondent leur évaluation en se référant essentiellement sur la dette ? Comment rester agile, mobile et conserver sa rapidité quand on est une startup SaaS, ou entreprise du numérique ?

Consciente du nouveau monde dans lequel ces entreprises évoluent, l’agence de notation financière Exaegis inverse le modèle à tous les niveaux :

  • son outil d’analyse, le service en ligne RateAndGo, permet d’évaluer désormais la commercialisation, le marketing, le business model et le stade de financement,
  • le système de rating considère comment l’équipe réagit et gère la croissance de l’entreprise,
  • elle dépasse l’outil de surveillance et permet de réajuster la stratégie de développement à court et moyen-terme,
  • son service d’évaluation est gratuit !

Objectif : convaincre les investisseurs

Afin de générer des financements et des investissements en faveur des entreprises du numérique et des startups SaaS, Exaegis évalue et restitue un capital confiance. Il s’agit de donner des indicateurs précis et fiables sur l’investissement entrepreneuriale, la solvabilité financière et l’aptitude à honorer l’engagement de service dans le temps.

Objectif crédibilité : toute start up peut se faire évaluer de manière totalement objective, et sur des critères extra-financiers !
Un regard neutre est en effet essentiel pour légitimer les forces et les faiblesses d’un projet entrepreneurial.

Source: https://www.appvizer.fr/magazine/finance-comptabilite/audit-et-commissariat-aux-comptes/quest-ce-quun-audit-financier-pourquoi-et-comment-le-faire