Menu
A+ A A-

Les conseils pour bien articuler

DICTION / ÉLOCUTION

Articuler ne signifie pas faire des grands mouvements avec la bouche. Au contraire c’est fonctionner à l’économie pour un meilleur rendement.
 

On vous fait souvent répéter ou bien vous avez l’impression que les gens ne font pas d’effort ! Erreur !… C’est à vous de faire l’effort d’être clair et percutant.
Alors, comment être plus impactant dans votre discours ? Quel est le problème ?
C’est l’articulation ! L’articulation au service de l’élocution.

Bienvenue dans ma série de 3 articles sur la diction. Après plus de vingt ans passés à former des dirigeants et des particuliers à la prise de parole en public, je remarque que trop de gens restreignent la diction à sa dimension technique. Résultat, ils ne progressent pas durablement. Et leur expression en souffre.

Ainsi pour redonner toute son efficacité à votre diction retenez une seule chose : bien dire c’est associer une intention sincère avec une articulation efficace.
 

Les 3 clés d’une bonne articulation

Les bénéfices de bien articuler :

  • Moins de fatigue vocale, plus d’aisance, sans forcer pour être entendu.
  • Plus d’impact en parlant pour une parole plus professionnelle
  • Une meilleure affirmation de soi pour un gain de confiance et une meilleure image

Articuler ne signifie pas faire des grands mouvements avec la bouche. Au contraire c’est fonctionner à l’économie pour un meilleur rendement.

Voici mes 3 conseils pour servir au mieux votre message en renforçant votre articulation :

  1. Détendre la mâchoire + sourire 
  2. Bien placer les voyelles et muscler les consonnes
  3. Apprendre à s’écouter

Comment bien articuler

En français la peur de faire des erreurs joue un rôle important. Comme si un petit juge était caché derrière chaque mot, derrière chaque syllabe. Ainsi malgré soi on se sent toujours un peu en faute ou menacé d’en faire une, ce qui enlève de la spontanéité et de la force à notre parole.

Les français ont coupé la tête du roi mais ils ont gardé les bonnes manières.
Il nous en reste quelque chose au travers d’une langue qui se surveille et s’évalue sans arrêt, où l’orthographe et la grammaire occupent une place centrale. Avec l’obsession de bien parler pour se faire bien voir.

Il y a des cas où le fait de mal articuler se retourne contre la personne. D’ailleurs il n’y a pas si longtemps que le français est devenu la langue de tous les français.

 

1- Détendre la mâchoire. Sourire

L’articulation est un bon indicateur de la culture d’une personne et de son humeur du moment. Elle participe de la première impression qui va influencer notre perception de son message.

La culture : si vous n’avez pas appris à maîtriser votre élocution de façon adulte ou professionnelle, il y a des chances que notre parole soit pleine des défauts dus à un usage familier (la façon facile de parler avec sa famille ou ses proches). Exemple : parler vite, manger les mots, balbutier, être monocorde, avoir des tics, des euh…

L’humeur du moment. Une personne timide ou triste ou inquiète va avoir tendance à parler du bout des dents, à garder les mots à l’intérieur de la bouche. Donc articuler à minima. Comme quelqu’un qui n’ose pas. D’où une mauvaise impression.
 

2- Comment donner de l’impact à son articulation

Bien placer les voyelles et muscler les consonnes

La langue est composée de 2 types de sonorités :

  • Les voyelles pour apporter du mouvement, de la modulation, de la chaleur, des graves ou des aigus à notre parole.
  • Les consonnes pour apporter du rythme, du relief, de la précision, de l’impact, de l’autorité.

Comment ajouter de la chaleur à sa voix et de la séduction ? 

                                                    Les voyelles

Je les appelle « les belles du langage » car ce sont elles qui donnent du mouvement à notre parole (modulation) et de la chaleur à notre voix.
Les voyelles sont le meilleur remède à une voix monotone

Les voyelles naissent du souffle pulsé à l’expiration et s’épanouissent dans la bouche à la place et dans la forme qui leur revient (les formants). De l’avant bouche à l’arrière gorge chaque voyelle a une place bien précise qui lui donne sa pleine valeur et donne à la voix plus d’amplitude ou de chaleur.

Pour les principales voyelles :

  • Le ! – derrière les dents
  • Le é, derrière le nez
  • Le è, derrière les lunettes…
  • Le a, dans la voûte du palais
  • Le o, à hauteur de l’occiput

Une bonne articulation prend en compte les appuis physiques et la structure osseuse du crâne et de la forme du palais.

Comment donner de la vie à sa parole ?
Les consonnes

Les consonnes sont du muscle et de la chair. Elles sont produites par les lèvres, la langue, la mâchoire, l’appui des dents. De leur précision en bouche dépend la précision et l’impact du message. Elles sont le rythme, l’attaque, le relief, la précision, le phrasé de la parole. Elles sont un bon moyen de gagner en puissance et en autorité sans forcer sa nature, comme autant de petits tremplins au service d’une parole claire. Pour plus de détails, voir “Les secrets d’une bonne diction”.

Distinguons 3 types simplifiés de consonnes :

  • Les labiales – produites avec les lèvres : b / f / m / p / v /
  • Les dentales – c / d / g / h / j / s / t /
  • Les palatales (avec le palais) : k / gu / r / x / z

Il est important de comprendre l’effet d’appui des consonnes qui en faisant leur travail de précision soulagent la voix qui n’a pas à pousser pour être entendue. Ainsi vous pourrez parler plus longtemps, plus fort et sans fatigue.

 

3- Apprendre à s’écouter

Je sais qu’il est difficile pour une majorité de personnes de s’écouter.
Il n’y a pas de miracle : tant qu’on ne sait pas ce que l’on produit à l’oral, on ne sait pas ce qu’il faut améliorer. Il faut s’enregistrer.

Apprendre à s’écouter c’est partir des éléments de la parole et les analyser.

  • Placement de la voix
  • Dynamique du message (article : faire vivre votre message)
  • Valorisation des sons : voyelles et consonnes.

Comment améliorer sa prononciation en mixant les voyelles et les consonnes ?

Voici un exercice de maîtrise des sons facile à faire en s’amusant.
Prendre une phrase. N’importe quelle phrase de vous ou de quelqu’un d’autre. Par exemple cette phrase de Victor Hugo :

« La vie n’est qu’une longue perte de tout ce qu’on aime »

1 – Dire la phrase à haute voix une première fois. Lentement en n’énonçant que les voyelles, façon opéra, avec des variations de hauteur en faisant durer les sons (en rouge) le plus longtemps possible.

Laaaaa viiiiiiiiie n’esèèèè qu’uuuuune lonnnnngue peèèèèèrte de touuuut ce qu’ooooon aièèèèèème

2 – Dire une deuxième fois la phrase à haute voix en n’énonçant que les consonnes, façon bruit sec.
En veillant à activer les bons muscles de façon précise (« chirurgicale »)

La vie n’est qu’une longue perte de tout ce qu’on (n’)aime

3 – Redire la phrase naturelle normalement et posément en rétablissant l’équilibre entre les valeurs voyelles et les valeurs consonnes.

Pour plus d'information  : https://jean-sommer.fr/3-conseils-pour-bien-articuler-en-francais/

Connexion ou S’inscrire

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?